La Fondation Malek Chebel au Maghreb des Livres

Les 18 et 19 février 2017 s’est tenue la 23ème édition du Maghreb des Livres dans les somptueux salons de l’Hôtel de Ville de Paris. Ce salon annuel organise des conférences et rencontres autour d’auteurs et artistes maghrébins, dans une ambiance festive et chaleureuse. C’est un rendez-vous auquel Malek Chebel était très fidèle, s’y rendant chaque année avec plaisir. Il accordait toujours une attention particulière à ces moments de rencontre avec le public, que plusieurs de ses lecteurs ont évoqué avec nostalgie.

Afin d’honorer sa fidélité et sa mémoire, le Maghreb des Livres a tenu à organiser un hommage à Malek Chebel lors de cette édition spéciale Algérie. Ce premier rendez-vous du samedi a ouvert les temps forts du weekend. Lors de cette table ronde modérée par Akram Belkaid (journaliste spécialiste du monde arabe), Mikaïl Chebel (Président de la Fondation), était aux cotés de Rachid Benzine (islamologue et enseignant), et Fadila Mehal (Présidente de la commission culture, patrimoine et mémoire de Paris).

Chacun à leur tour, ils ont évoqué ce que Malek Chebel représentait pour eux : un homme à la parole libre, ayant étudié la civilisation arabo-islamique dans toutes ses formes, s’attachant même parfois à des aspects méconnus, tel l’érotisme ou encore l’égalité homme-femme. C’est d’abord en tant que chercheur et universitaire qu’il s’y est intéressé, pour finalement s’appliquer à transmettre ses connaissances dans une démarche vulgarisatrice. De manière unanime, les intervenants ont évoqué sa pensée éclairée et tolérante, manquant cruellement aujourd’hui dans un contexte de poussées extrémistes et islamophobes.  

Pour honorer sa mémoire et faire vivre son œuvre, Mikaïl Chebel a d’abord présenté les objectifs et projets de la Fondation en Algérie et en France : créer un Comité de Réflexion autour de l’œuvre de Malek Chebel, organiser des séminaires sur des sujets liés aux sciences, à la culture et à la spiritualité dans le cadre d’un Collège des Hautes Etudes et fonder un Musée du Coran, à partir de la collection privée de l’anthropologue. Fadila Mehal a, quant à elle, mentionné la résolution adoptée par la Mairie de Paris de donner le nom de Malek Chebel à une voie de la capitale, ainsi que d’organiser un événement au sein des bibliothèques parisiennes. La création d’un séminaire national autour de l’œuvre de Malek Chebel a également été évoquée. 

La nombreuse participation du public lors d’un moment de questions-réponses, a révélé la nécessité de partager les idéaux du penseur au delà du périphérique parisien, dans différentes villes de France et d’Algérie pour lesquelles Malek Chebel avait un attachement fort. A Toulouse, Bordeaux, ou encore Lille, plusieurs personnes ont fait part de leur soutien, ainsi qu’à Skikda, où plusieurs évènements sont en cours d’organisation. 

La Fondation Malek Chebel inaugurée à Skikda

C’est dans la ville natale de Malek Chebel, Skikda en Algérie, qu’a été inaugurée la Fondation Malek Chebel le 28 décembre 2016. Moins de deux mois après qu’il ait été mis en terre dans cette petite ville côtière, son fils Mikaïl Chebel s’est entouré d’amis, intellectuels et notables de la ville, afin de créer une fondation en son nom. C’est un projet que l’écrivain avait fait naître de son vivant : son entourage et les autorités locales se sont mobilisées le plus rapidement possible pour honorer son œuvre, porter ses idées et enrichir l’héritage intellectuel qu'il laisse derrière lui.

En présence des autorités locales, les membres fondateurs ont signé l’acte de naissance de la fondation au Palais de la Culture et des Arts de Skikda. Devant un public d’une centaine de personnes, plusieurs personnalités ont pris successivement la parole, après la projection du documentaire « Les Lumières et le sacré ».

Mikaïl Chebel, en tant que président, a ouvert la marche en présentant les objectifs et les moyens que développera la fondation. Il a alors fait part de son ambition de voir la fondation devenir un centre de recherche majeur en sciences humaines, en Algérie dans un premier temps, puis en France. Séminaires, conférences, cours et autres évènements seront organisés pour stimuler une réflexion sur des thématiques diverses. Outre la continuation des recherches sur l’Islam et la civilisation arabo-islamique, thèmes chers à Malek Chebel, la fondation souhaite proposer des clés de lecture interdisciplinaires pour comprendre et penser le monde qui nous entoure. Les sciences, la culture et la spiritualité seront à l’honneur.

Le deuxième objectif de la fondation sera de diffuser et porter les idées de Malek Chebel, par exemple en effectuant un travail de traduction de ses nombreux livres. Les universités du pays seront encouragées à étudier l’œuvre de l’auteur, notamment sa réflexion autour de l’Islam des Lumières.

Un temps fort de la cérémonie fut la lecture de la lettre de condoléances du Président de la République Abdelaziz Bouteflika, écrite pour honorer la mémoire d’un enfant de l’Algérie trop tôt disparu. La cérémonie s’est terminée en beauté par la remise d’un prix décerné par l’Union nationale des écrivains algériens.

Le Centre Culturel Algérien de Paris honore la mémoire de Malek Chebel

Le 15 décembre 2016, le Centre Culturel Algérien de Paris a rendu hommage à l’écrivain et anthropologue Malek Chebel lors d’un événement riche et émouvant. Ce rendez-vous fut l’occasion de présenter la Fondation Malek Chebel au public parisien. 

Lors d’une table ronde animée par Ghalib Bencheikh, plusieurs personnalités proches de l’auteur se sont exprimées et ont évoqué leurs souvenirs avec lui, notamment Nadia Bey, Rachid Benzine, Amar Dib, Nacer Kettane, Fadila Mehal, Issa Makhlouf, Hichem Ben Yaïche, Anouar Kbibech. La poétesse Louisa Nadour a quant à elle, lu avec émotion plusieurs textes de Malek Chebel. 

Parmi les invités, se trouvait Mikaïl, fils aîné de Malek Chebel, et aujourd’hui président de la Fondation Malek Chebel. A seulement 23 ans, il se sent investi de l’héritage intellectuel de son père et s’est donné pour mission de le faire vivre. Entouré d’amis et d’hommes de lettres, il souhaitait créer une fondation ayant pour but d’honorer la mémoire de son père, faire fructifier ses idées et les enrichir. Il a fait par de ses objectifs pour la première fois en France lors de sa prise de parole. Il a également présenté la revue NOOR, créée à l’initiative de Malek Chebel en 2013, dont l’édition sera reprise prochainement.